Visiter la page Ressources Servir en toute sécurité pour obtenir des conseils et des outils pour agir en
sécurité et faire un don à la LCIF pour apporter aux Lions les moyens de servir d'où qu'ils soient.

Accueil The Lions Blog Nouvelles du front : Stopper la flambée de rougeole au Brésil
Une Fondation de service

Nouvelles du front : Stopper la flambée de rougeole au Brésil

Rachel Bridges 11 janvier 2021
Crédit photo : Karina Zambra/OPS

Avant même que la pandémie du coronavirus ne bouleverse entièrement nos vies, les cas de rougeole avaient atteint leur plus haut niveau depuis 23 ans dans le monde. Or, à cause des confinements partout sur la planète et de l’accès restreint aux services de santé, les programmes de vaccination ont ralenti ou ont été totalement interrompus, ce qui met des millions d’enfants en danger de tomber malades, voire de mourir, faute de vaccination.

Il est très important que tous les enfants soient vaccinés pour éviter d'autres maladies.

Certains pays du continent américain ont été particulièrement touchés par des flambées d’une des maladies les plus contagieuses qui soit, pourtant évitable par la vaccination. Dans certains quartiers en périphérie de Brasilia, capitale du Brésil, les foyers de rougeole ont eu un grave impact.

En octobre 2020, grâce au généreux soutien de la Fondation du Lions Clubs International (LCIF), l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a envoyé une équipe dans la région pour mettre en place en urgence une campagne de vaccination de masse et relancer les programmes d’immunisation afin d’endiguer la vague croissante de cas de rougeole. Pendant la campagne qui s’est déroulée du 5 au 29 octobre, plus de 11,7 millions de personnes ont été vaccinées contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Si ceci ne représente que 13 % de la population ciblée, il n’en demeure pas moins que c'est un début significatif pour combler les lacunes dans la couverture vaccinale dans la région.

En plus du soutien financier de la LCIF, les Lions brésiliens ont contribué à des campagnes de sensibilisation sur les réseaux sociaux afin d’encourager la participation à la vaccination. Les Lions sont généralement impliqués dans un grand nombre d’activités diverses de mobilisation sociale et de plaidoyer pendant les campagnes de vaccination. Pourtant, les opportunités de participation étaient limitées par la pandémie de COVID-19.

Pour certains pères comme Edicarlos qui a amené sa fille Maria se faire vacciner, il est vital de toujours respecter les délais de vaccination des enfants. Pourtant la pandémie l’en a empêché.

Edicarlos et sa fille Maria montrent avec fierté son carnet de vaccination lors d’une campagne d’immunisation à Brasilia au Brésil.

Edicarlos et sa fille Maria montrent avec fierté son carnet de vaccination lors d’une campagne d’immunisation à Brasilia au Brésil. Crédit photo : Karina Zambra/OPS

« Nous ne sommes pas venus la faire vacciner parce que nous respections la distanciation physique, explique Edicarlos. » La campagne d’urgence a permis à Maria de reprendre le rythme établi pour ses vaccins. Pour Luis Felipe et Kelene Raiane, faire face à la pandémie tout en s’occupant de leur fille Helena s’est avéré extrêmement difficile. Ils ont tous les deux dû continuer de travailler pendant les confinements pour payer leur loyer. Pour protéger Helena, ils l’ont envoyée vivre avec la mère de Kelen Raiane.

« Je crois que c’est la séparation qui a été le plus dur, explique Kelen Raiane. On n’avait pas le choix... Il fallait l’emmener dans un lieu où elle serait protégée, plus isolée, et il fallait que nous puissions continuer de travailler. » Du fait de la séparation, Helena n'a pas pu être vaccinée dans les temps.

Malgré ces obstacles, Luis Felipe et Kelen Raiane savaient qu’ils devaient faire vacciner leur fille pendant la campagne d’urgence de l’OPS. « Ça nous brise le cœur, parce qu’ils souffrent et ils pleurent beaucoup, mais nous savons bien qu’en réalité c'est pour leur bien, expliquent-ils. Il est très important [que tous les enfants soient vaccinés] pour éviter d'autres maladies. »

Une infirmière consulte un carnet de vaccination pendant la campagne d’urgence.

Une infirmière consulte un carnet de vaccination pendant la campagne d’urgence. Crédit photo : Karina Zambra/OPS

Les campagnes de vaccination en urgence de ce type sont d’une importance capitale car elles permettent de rattraper les retards de vaccination à cause de la pandémie de COVID-19 et ainsi sauver des vies. Si les données actuelles indiquent que les cas de rougeole et les décès dus à la maladie sont en baisse au niveau mondial par comparaison avec la même époque l’année passée, les officiels de la santé publique craignent que ceci soit dû à l’impossibilité pour les systèmes de surveillance de compter les personnes qui n’ont pas accès aux systèmes de santé publique.

La rougeole est souvent vue comme le célèbre « canari dans la mine de charbon », annonciateur précoce des lieux où se trouvent de grands groupes de personnes non immunisées, car la maladie est particulièrement contagieuse et elle se propage comme une traînée de poudre. Il sera impératif que les organismes de santé publique maintiennent une vigilance extrême dans la mise en action des campagnes d’urgence, partout et aussi souvent que possible. Le soutien financier d’organismes tels que la LCIF rend de telles campagnes possibles.

Pourtant, le chemin qui reste à parcourir est ardu ; des lacunes significatives en matière de financement devront être comblées pour apporter une réponse aux différents foyers de rougeole partout dans le monde. L’UNICEF et l’Organisation mondiale de la santé ont récemment lancé un appel à l'action urgent pour soutenir la réponse aux flambées de poliomyélite et de rougeole dans le monde, conséquences de la COVID-19. On estime que 255 millions de dollars US sont impérativement nécessaires pour permettre la vaccination des populations qui n’ont pas été immunisées cette année à cause de la pandémie.

En dépit des obstacles, garantir l’accès à la vaccination pour tous, partout, est impératif. En fin de compte, ce sont les campagnes d’immunisation en urgence du type de celles appuyées par la LCIF au Brésil qui feront la différence et permettront de stopper la prochaine crise sanitaire qui menace la planète et de sauver les vies d'enfants vulnérables partout dans le monde. Nous devons tous agir de concert dès maintenant pour stopper la rougeole, maladie facilement évitable grâce à des outils sûrs et abordables dont nous disposons déjà, et reprendre le contrôle pour plusieurs décennies de progrès.


Rachel Bridges est responsable du plaidoyer et de la communication pour la santé mondiale auprès de la Fondation pour les Nations unies.

La pandémie de coronavirus (COVID-19) a affecté les communautés du monde entier de différentes manières. Pour être sûr de servir en toute sécurité, les Lions doivent suivre les directives des autorités sanitaires locales, de l'Organisation mondiale de la santé et du Centre pour le contrôle des maladies. La page Servir en sécurité propose de nombreuses ressources pour vous aider.